Quand une émotion nous dérange, que faire ?

Le 6 Mai 2014

Emotion, isabelle blosse, psychologue clinicienne, prades-le-lez, psychologue, montpellier

Il faut lui offrir les moyens de circuler !

Pour cela, je vous invite à regarder les enfants en bas âge, que font-ils tout au long de la journée ? Ils bougent, jouent, tapent des pieds : ils mettent leur corps en mouvement. Par ailleurs, ils « verbalisent » beaucoup, ils poussent des gémissements, font du bruit avec leurs lèvres, ils utilisent leur souffle et font sortir avec peu de retenue (pour la plupart) ce qui demande à sortir.

Puis, progressivement, la prise de conscience de soi et de l’Autre, de ses normes prend place. Entre 5 et 6 ans, il est demandé aux enfants de grandir et d’intégrer définitivement la planète terre qui parfois tend à se confondre avec la planète « taire ». Plus question de bouger à son gré, cela pourrait déranger, plus question de verbaliser à son gré, ce n’est pas adapté.

Désormais, la solutions qui est prescrite est « intériorise ».

Je vous invite donc lorsque vous vous trouvez face à une émotion qui vous dérange et vous fatigue, à vous accorder un moment où vous aurez la possibilité d’exprimer cette émotion à votre guise. Vous pouvez la chanter, la danser, « la sautiller », « la grimacer ». L’essentiel est de lui donner une porte de sortie.

Un exercice de ce type intégré à votre quotidien vous permet de choisir les émotions que vous souhaitez vivre. Il se découpe en deux temps: premièrement une attention portée à soi qui vise à reconnaître l’émotion que vous portez et une deuxième, qui est une mise en mouvement permettant l’évacuation de celle-ci.

Isabelle BLOSSE