Le tournesol qui avait cessé de suivre la course au soleil

Il était un jour l’histoire d’un tournesol prénommé Pétale Cassé. Ses parents l’avaient baptisé ainsi car l’un de ses pétales était justement cassé. C’était un tournesol sage, un peu renfermé. Il était allé à l’école des tournesols et avait appris à se tourner vers le soleil. Il avait appris son mouvement de manière à ce que son coeur et ses pétales, puissent bénéficier de toute la lumière possible.

A l’école, Pétale Cassé avait pourtant la vie dure, ses petits copains de classe se moquaient de lui. En effet, sa différence était montrée du doigt: « comment pourrais-tu suivre correctement le soleil si tu n’as pas de beaux pétales pleins et entiers? ». Voilà la question que lui posaient ses camarades. Comment pourrais-tu suivre correctement le soleil si tu n’es pas un tournesol à part entière.

En son for intérieur, Pétale Cassé savait que suivre le soleil était son plaisir, sa vie, mais il se laissait atteindre par ces remarques désobligeantes. Et, à l’adolescence, Pétale Cassé cessa de suivre le soleil. De jour en jour, ses pétales se flétrissaient, il n’avait plus goût à rien.

Pourtant un jour, à l’autre bout du champ, il aperçut un autre tournesol, il ne l’avait jamais vu. C’était une jeune tournesol comme lui, qui avait elle aussi un pétale cassé. Il l’appela au loin, lui faisant signe de la tige. « Bonjour, comment t’appelles-tu ? » demande Pétale Cassé. « Moi, c’est Pétale d’Amour » lui répond-elle tout enjouée. « Pétale d’Amour ? C’est un nom bien étrange pour un tournesol avec un pétale cassé. Que peux-tu savoir de l’amour au soleil toi qui n’as pas de pétales pleins et entiers ? » rétorque Pétale Cassé.

A ces mots, Pétale d’Amour qui était pleine d’humour ne s’énerva pas, bien au contraire, et elle lui expliqua: « Tes parents ne t’ont dont pas expliqué ? C’est justement parce qu’il manque un petit bout à mon pétale que le soleil sait à quel point je le désire. Un pétale cassé n’est pas un défaut mais un signe de désir. » A ces mots Pétale Cassé sent l’énergie de la terre monter dans sa tige, ses feuilles se redresser et son coeur se tourner vers le soleil. « Quel bonheur ! », se dit-il.

Et puis Pétale d’Amour rajoutant: « Tu sais, si les autres tournesols aux pétales pleins et entiers ne manquaient de rien ils ne pourraient pas non plus désirer le soleil, et le soleil ne pourrait venir jusqu’à eux. C’est juste que chez certains comme nous, c’est plus apparent, juste ça ! « 

A ces mots, Pétale Cassé comprit qu’il avait lui même renoncé au soleil. Il s’était coupé de la vie car il pensait ne pas être un bon tournesol, pas pouvoir capter le soleil et suivre sa course.

Pétale Cassé remercia Pétale d’Amour qui resta une excellente amie. Et, tout au long de sa vie, il réalisa ce pourquoi il était né avec bonheur, suivre la course au soleil.

Isabelle BLOSSE