Dualité, liberté ?

pile-ou-face-article-225x300-1

 

Deux bras, deux jambes, deux narines, deux yeux, deux oreilles, deux hémisphères cérébraux, deux poumons. La dualité nous constitue, elle est imprimée dans nos tissus.

Aussi, si nous regardons un peu comment fonctionne notre réalité, pourrait-elle se passer de dualité : serait-il possible de savoir ce qu’est le jour si la nuit n’existait pas ? Serait-il possible de savoir ce qu’est le plein, s’il n’était possible d’expérimenter le vide ?

Ce serait un peu comme lorsqu’un portraitiste dessine un visage, il noircit et grise certaines parties de sa feuille blanche afin de faire émerger des expressions. Un peu comme si la vie naissait du contraste.

Cette dualité est créatrice de vie, pourtant elle est souvent vécue par beaucoup comme un poids : il serait possible d’aller à droite ou à gauche, de choisir cet emploi plutôt que celui-ci, d’avoir un corps d’homme ou de femme, et d’investir une image opposée. Au fond, la dualité est créatrice de choix.

Aussi, serait-il possible que cette dualité qui vous habite tout naturellement soit ce moteur qui, à chaque instant, vous permette de faire évoluer vos vies ? Peut-être, comme vous l’indique vos poumons, afin de « vous respirer » deux fois mieux.

Isabelle BLOSSE