Rien ne se perd, tout se transforme

Psychologue-dépresion- prades-le-lez

 

Nous entrons dans l’automne, les journées se réduisent, la lumière se tamise, le froid nous incite à nous couvrir.  Les arbres s’allègent de leurs feuilles et se mettent au repos, un repos bien mérité. Les animaux qui hibernent s’apprêtent à s’endormir.

L’automne avec la réduction de luminosité, met à notre portée moins de facteurs pour nous disperser vers l’extérieur et nous ramène à l’intérieur de nous-même. A l’intérieur, au plus proche de nos émotions, de nos peurs, nos angoisses mais aussi au plus proche de ce qui brille et demandera à éclore au printemps. Ainsi, en automne, il est plus difficile de passer à côté de soi, de ses émotions, et heureusement car elles sont avant tout clef de transformation.

Regardons les arbres juste un instant, comment se fait-il qu’ils perdent si naturellement leurs feuilles après avoir mis tant de vie à les faire pousser ? Car c’est une nécessité, pendant l’hiver « la sève des feuilles risquerait de geler et de faire exploser les cellules des feuilles et les petits canaux de sève. »*

Quelque part, respirer la vie demande à l’arbre d’être toujours au plus proche de ses besoins et de prendre ce qui est présentement. Un temps pour perdre, un temps pour se transformer, un temps pour éclore et un temps pour murir. Tout en sachant que les feuilles qui tomberont se transformeront en humus et participeront à nouveau à le nourrir, d’une autre manière.

L’arbre sait que « rien ne se perd mais que tout se transforme ».

Aussi, à l’image de cette nature qui nous entoure et nous habite, pourquoi ne pas profiter de cette saison pour vous alléger de ce qui ne vous convient plus et le transformer ?

Isabelle BLOSSE

*http://axiomcafe.fr/pourquoi-les-arbres-perdent-ils-leurs-feuilles